La sédentarité, facteur de vieillissement prématuré des personnes âgées

D’après une nouvelle étude publiée dans l’American Journal of Epidemiology, les personnes âgées passant la plupart de leurs journées assises vieillissent plus vite que leurs contemporains actifs.

Un homme âgé marchant dans la rue

Une étude récente publiée dans l’American Journal of Epidemiology révèle que la sédentarité des personnes âgées serait responsable de leur vieillissement prématuré.

L’inactivité physique des seniors pointée du doigt

Les résultats de cette nouvelle étude ont été obtenus après avoir suivi pendant sept jours les mouvements de 1 500 pensionnaires âgés de 64 à 95 ans, à l’aide d’un capteur accroché au niveau de leurs hanches. Les pensionnaires étaient ensuite soumis à un questionnaire.

Au niveau moléculaire, les personnes concernées par le vieillissement prématuré présentaient des télomères plus courts que les individus du même âge. Les télomères sont des morceaux d’ADN situés aux extrémités des chromosomes dont le raccourcissement est lié au vieillissement de l’organisme.

Les auteurs de l’étude ont ainsi montré que les individus les plus sédentaires, accumulant 10 heures ou plus d’inactivité quotidienne, et ceux qui pratiquaient moins de 40 minutes d’activité physique modérée par jour, avaient un organisme vieilli de 8 ans par rapport à leur âge biologique.

Les femmes seraient plus à risque

Si la raccourcissement des télomères est naturel avec l’âge, certains facteurs liés au mode de vie comme la sédentarité, l’obésité ou le tabac sont responsables de son accélération. L’un des auteurs rappelle ainsi que « l’âge chronologique ne correspond pas toujours à l’âge biologique ».

Les femmes seraient particulièrement sensibles aux conséquences de la sédentarité. Les plus sédentaires, accumulant 6 heures d’inactivité auraient un risque 10% plus élevé de développer un cancer par rapport à celles assises moins de 3 heures d’affilées.

Prévenir les risques par des gestes simples

L’étude précise par ailleurs que pratiquer 2 heures de sport hebdomadaire s’avérerait inutile pour les personnes sédentaires le reste du temps. D’après le Pr Goodwin, les pensionnaires devraient plutôt être encouragés à marcher 2 à 3 minutes toutes les 20 minutes. Ce réflexe pourrait en effet avoir un impact positif contre le développement de maladies chroniques et le vieillissement de l’organisme.

Pour Stephen Ward, directeur exécutif d’UK Active, ces résultats ne sonnent pas comme une fatalité. Il rappelle que l’activité physique vient aussi de gestes simples du quotidien, comme le fait de monter les escaliers ou de porter ses courses. Selon lui, ces gestes-là seraient déjà bénéfiques pour le maintien de la santé et de l’autonomie des personnes âgées.

Traduction et réécriture de l’article original « Sitting down for hours a day speeds up ageing – new research » publié sur le site du Telegraph le 18 janvier 2017.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager ! Pour en savoir plus sur les prestations de traduction proposées par Redatrad, rendez-vous à la rubrique Traduction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *