5 conseils d’une ex-fumeuse pour arrêter efficacement la cigarette

Ressentir vivement l’envie d’arrêter de fumer est la première étape ; et c’est aussi la plus importante.

5 conseils pour arrêter de fumer

Arrêter de fumer est un défi, un combat à mener tous les jours du reste de sa vie.

Le défi collectif « Moi(s) sans tabac » lancé par le Ministère de la Santé a démarré le 1er novembre. Pour cette première édition en France, ils seraient près de 160 000 fumeurs à relever le défi sur un mois. A cette occasion, Margaux, 25 ans, nous a livré son expérience et ses conseils d’ex-fumeuse aguerrie pour en finir avec la cigarette.

Margaux, fumeuse tardive…  

Elle a touché sa première cigarette à 21 ans pendant ses études. Au départ le sentiment de subversion était puissant, et la clope rare ; les grands soirs de fête seulement.

Sa consommation a augmenté très doucement. Puis au bout d’un an, le tabagisme quotidien a pris place, sous forme d’une clope rituelle post-dînatoire. Deux années supplémentaires ont ensuite suffi pour métamorphoser l’unique clope rituelle en quinze clopes par jour, parfois dès la fin du déjeuner.

… et ex-fumeuse depuis 9 mois et 2 jours

Pour Margaux, les effets négatifs de la cigarette se sont fait sentir rapidement. Avant de penser au cancer, elle a eu le temps de songer à beaucoup d’autres raisons d’arrêter : la dépendance, l’argent gâché, l’odeur personnelle qui dérange les autres, l’odeur sur les vêtements, les parents suspicieux, les poumons en vrac, la bouche pâteuse, les dents jaunies, le teint grisâtre, la fatigue…

Son déclic, elle l’a eu le 14 février 2016. Depuis près de six mois elle souffrait d’une mauvaise santé broncho-pulmonaire et de capacités olfactives diminuées par un nez bouché en permanence.

Irritée par son état de santé, elle a décidé de stopper et a réussi du premier coup.

Ses cinq conseils pour augmenter les chances de succès

N°1 : Anticiper

Son premier conseil est d’identifier ses clopes rituelles pour mieux les maîtriser. Les clopes rituelles sont généralement les plus difficiles à supprimer, car elles appartiennent à un ensemble de gestes devenues des réflexes.

N°2 : S’occuper

Son deuxième conseil découle de l’anticipation : l’idée est d’avoir sous le coude toute une liste d’occupations pour remplir son temps et son esprit quand arrive l’envie d’une cigarette. D’où l’intérêt d’avoir identifié en amont ses clopes rituelles ! Liste non exhaustive : mettre ses baskets et faire un tour, ranger chez soi, sortir faire ses courses, se préparer à manger. On peut aussi penser à une boisson saine à consommer en substitut, comme du thé vert ou du citron chaud pressé.

N°3 : Ecrire

Son troisième conseil est une application du deuxième : il s’agit de l’écriture. Ecrire tous les jours sur un carnet dès que l’envie monte. Ecrire quoi ? Ses impressions, ses doutes et toutes ses sources de motivation personnelle à court et moyen termes pour poursuivre le sevrage.

N°3 : S’aérer

Son quatrième conseil est certainement le plus agréable et le plus positif. Le fait de s’aérer chaque jour pendant au minimum 30 minutes permet d’oxygéner ses poumons et de sentir leur pleine capacité revenir. Chaque nouveau jour de sevrage apporte un peu plus d’endurance et de sentiment de satisfaction. L’activité préférée de Margaux pour s’aérer les poumons : 30 à 40 minutes de marche rapide en extérieur. A réaliser tous les jours, il parait même que cela devient addictif !

N°5 : Partager

Son cinquième et dernier conseil est de partager sa démarche auprès de ses proches. L’objectif étant d’en faire des garde-fous lorsque l’on est sur le point de craquer. Margaux nous a même avoué qu’elle n’a pas rechuté grâce à un ami pourtant lui-même fumeur.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager ! Pour en savoir plus sur les prestations d’écriture proposées par Redatrad, rendez-vous à la rubrique Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *